Accueil > Conseils/ informations > L’Âme des pièces

L’Âme des pièces

lundi 29 octobre 2018

Pour avoir baroudé pendant plus 40 ans en Afrique et en Asie j’ai rencontré et collecté toute sorte d’objets rarement achetés dans des boutiques mais plutôt sur les marchés ou troqués directement avec les autochtones. Pour ce qui concerne les objets africains un grand débat est ouvert qu’est-ce qui est authentique (légitime) et des objets qui seraient des copies voir des « faux ». Tout dépend de la valeur que nous attribuons à un objet. Une effigie de notable sculptée pour les funérailles d’un chef est authentique, si vous demandez au sculpteur locale d’en faire une seconde identique elle a les mêmes qualités esthétiques, le même auteur mais si elle ne participe pas aux rituels funéraires elle n’est pas habitée de la même manière que la première. Beaucoup d’objets africains sont fabriqués pour être vendus aux touristes ils peuvent être esthétiquement beaux et bien fait mais ils n’auront jamais l’âme d’un objet utilisé quotidiennement. Je conseillerai donc de donner la préférence à des objets utilisés. J’ai acquis récemment la collection d’un haut fonctionnaire français en poste en Afrique de l’Ouest entre 1900 et 1930 il y a des pièces en cuivre de Bénin City, des vanneries, et des statuettes tout à fait authentiques comme origines et d’une grande qualité esthétique mais les pièces sont comme neuves elles ont été conservées dans des malles pendant plus de 100 ans et probablement jamais déballées par leur propriétaire à leur retour en France et plusieurs générations plus tard les héritiers ont eu à s’en « débarrasser » sans aucun lien avec leur origines.

Ces pièces ont-elles moins d’intérêt que des pièces plus récentes peut être moins belles mais ayant servies dans les rituels ?

Il n’existe pas d’art Africain en tant que tel au sens où les occidentaux donne à l’art la mission d’être beau voire décoratif. Une magnifique statuette d’ancêtre n’est pas belle pour plaire aux vivants, elle ne sera jamais mise en évidence dans l’espace de vie de la communauté pour être admirée ; elle aura été créée belle pour que l’esprit de l’ancêtre vienne l’habiter et elle sera enfouie cachée pour que l’ancêtre ne se manifeste pas trop dans l’espace des vivants ont la ressortira pour des cérémonies bien précises on la fêtera avec crainte et respect et comme les masques elle retournera dans l’ombre.